Décoction de prêle : recette, usage

Guide, Mode d'emploi, Propriété purin, Technique

Histoire :

La prêle est une des plantes les plus vieilles au monde. Son histoire remonte à la préhistoire. Plusieurs empreintes ont été retrouvées par des chercheurs montrant sa taille gigantesque pouvant atteindre 10 mètres. A l’époque les premières forêts sur Terre ne sont pas composées d’arbres à fleurs ou de résineux mais de prêles arborescentes.

L’usage médicinal de la prêle est connu depuis le 1er siècle avant J.C grâce aux écrits de Dioscoride et du naturaliste Pline l’ancien. Son usage en agriculture n’est que très récent grâce notamment à la Biodynamie.

 

Ses différentes applications :

La décoction de prêle fait partie des indispensables tant son usage sur les maladies cryptogamiques (pathogènes) est diversifié. Il est le préventif et curatif de base, il sera donc opportun d’en avoir toujours sous la main. Le meilleur moment sera de pulvériser tôt dans la saison pour avoir un effet préventif optimal. Au débourrement sur jeunes feuilles (arbres, fruitiers, vignes, rosier, …) et sur jeune plant pour améliorer la résistance des cellules végétales.

Alternariose, Botrytis cinerea (pourriture grise), Cloque du pêcher, fusariose, Gnominia, mildiou, moniliose, oïdium, rouille, septoriose, tavelure… certaines viroses et bactérioses.

 

    Fusariose sur poireau

 

                                                                                                 

      Gnominia du noyer                                                                      Oïdium sur Chêne                                                    Moniliose sur pommier

        Tavelure sur poirier

Application préventive :

Réaliser 3 pulvérisations de décoction de prêle au sol et en foliaire au mois de mars avec une semaine d’intervalle. Cela détruira les spores des pathogènes (exemple : mildiou, fusariose, Pythium,… etc). La pulvérisation renforcera aussi les parois cellulaires et asséchera le végétal en période de pluie.

Réaliser 2 pulvérisations de décoction de prêle en foliaire au mois d’avril et au mois de mai, puis 1 pulvérisation par mois. Il est possible de rajouter la bouillie bordelaise en préventif foliaire pour renforcer son efficacité. Diviser par deux la quantité de bouillie bordelaise dans le mélange.

Pulvériser un extrait fermenté d’Ortie ou Laminaire, en alternance de la décoction, pour apporter un éliciteur qui favorisera la résistance aux champignons cryptogamiques. Particulièrement contre le mildiou et maladies de la vigne.

 

Curatif :

Dès l’apparition des maladies pulvériser sur l’ensemble du feuillage la décoction de prêle. Il est possible de renouveler tous les 3 jours le curatif. Il est possible d’ajouter une bouillie bordelaise avec une quantité divisée par deux dans le mélange.

 

Dosage préventive et curative : 10 % = 1 litre de Décoction de prêle / 10 litres d’eau de pluie / 500 à 1000 m²

Pulvériser le soir (risque de brûlure en journée). Moins d’efficacité en période de sécheresse.

Mélange conseillé avec l’extrait fermenté (purin) de Fougère pour une meilleure assimilation.

L’extrait fermenté de Fougère sera le seul purin (extrait fermenté) que l’on pourra mélanger avec la décoction de prêle.

 

Récolte :

Période de récolte : mi-juin à fin août selon les régions.

Pour pouvoir faire la décoction de prêle il sera nécessaire d’utiliser la prêle des champs (Equisetum arvenses) car elle contient une plus grande quantité de Silice. Si l’on n’a pas assez de prêle des champs, il est possible de la mélanger avec la prêle des marais (Equisetum Palustre) à 50%. La prêle des champs pousse sur les sols humides ou secs avec de l’eau en sous sol.

Attention aux zones dans lesquelles elle sera prélevée car étant une plante préhistorique, elle a une grande résistance et risque de pousser dans des zones polluées par l’industrie.

 

Recette :

250 gr de plantes sèches ou 1 kg de plantes fraîches / 10 litres d’eau de pluie

  • Couper en tronçons de 1 à 2 cm les plantes puis les immerger dans 10 litres d’eau. Bien mélanger pour imbiber d’eau les végétaux
  • Les plantes sèches doivent être trempées la veille pour le lendemain (minimum 24h)
  • Porter à ébullition (fines bulles) les plantes pendant 30 minutes
  • Laisser refroidir jusqu’à température ambiante
  • Filtrer avec une passoire (maille de 1mm maximum) dans des bouteilles ou des bidons. Les résidus de végétaux peuvent être mis au compost ou pour pailler le sol afin de renforcer l’action recherchée
  • Il est possible de conserver la décoction quelque jours (se conserve mieux dans un endroit frais ou un frigo), si le liquide sent acide (vinaigre) alors il fermente et doit être jeté

Dosage : 10 % = 1 litre de décoction de prêle / 10 litres d’eau de pluie / 500 à 1000 m² à pulvériser le soir (risque de brûlure en journée)

 

Purin ≠ Décoction (lequel choisir ?):

Le purin de prêle à une faible efficacité sur les maladies de culture. Il y a quelques années Eric Petiot a travaillé sur l’amélioration du procédé en révisant la méthode d’extraction de la silice. Après plusieurs études, il s’est avéré que la décoction était la méthode la plus efficace.

Il est possible de faire soi-même une comparaison simple avec un conductivimètre. Nous pouvons observer une nette différence entre 1.5 et 2.5 mS/cm pour le « Purin » et 4.5 et 5.5 mS/cm pour la « décoction » de prêle, soit à peu près deux fois la quantité. (La conductivité* nous donne la quantité globale d’éléments soutirés).

Demandez nous conseil pour plus de précision.

 

 

 

 

 

Définition :

  • *Conductivité électrique : Caractérise l’aptitude d’un matériau ou d’une solution à passer les charges électriques librement et donc permettre le courant électrique. La conductivité se mesure en S/m (Siemens / mètre) ou mS/cm (milli Siemens / centimètre) selon l’échelle de mesure.

Calendrier des traitements

> Tableau des traitements A télécharger au format pdf < Traitements essentiels par mois Le calendrier des traitements est le moyen le plus simple de pouvoir organiser son année dans la prévention des maladies et ravageurs. Il facilite nos besoin en anticipant...

Marc de café: utilisation au jardin. Ne faites pas ça !

Le marc de café au jardin Le café vient de l’arabe قهوة : qahwa, qui veut dire « boisson stimulante ». Avec 70% de buveurs quotidiens selon une étude de MaxiCoffe en 2021, le café est l'une des boissons les plus bues après l’eau en France ! Un habitant boit en moyenne...

Les Micro-organismes Bénéfiques

Origine : Au commencement de la vie sur terre les micro-organismes étaient les premiers êtres à se développer. Apparus, il y a 3.7 milliards d’années, en évoluant, ils ont profondément changé leur environnement, les roches, minerai et le climat. Sans eux, il n’y...

Macération huileuse d’ail

Histoire : L’ail est originaire des steppes de l’Asie centrale où ils poussent encore aujourd’hui naturellement. Il a été introduit par Godefroy de Bouillon, chef de la première croisade. Grâce à sa facilité de culture, aussi bien en climat chaud qu’en climat tempéré,...

Mildiou : quel traitement naturel ?

Le mildiou est l’une des maladies de culture les plus connues et répandues. Elle se développe très rapidement et peut détruire une culture si on n’intervient pas. Dès l’apparition de tâches noires très reconnaissables nous pouvons d’ores et déjà poser un diagnostic et...

Guide des traitements au jardin

Guide des traitements au jardin biologique :   Avant tout, ce guide est une aide pour les particuliers qui souhaite faire de la prévention contre les maladies et ravageurs pour tous les végétaux du jardin, jardin d'ornement, potager ou verger. Démarré dès le...

Mode d’emploi pour tous produits

Précaution d'emploi: Ne pas utiliser non dilué Respecter le mode d'emploi et les doses prescrites écrites sur l'étiquette de chaque bidon Tenir hors de la portée des enfants, des animaux et à l'écart des aliments ou boissons Après chaque utilisation, rincer l'arrosoir...

L’Ortie – “fée” de la résistance

Les Orties, en taxonomie, font partie de la famille des Urticaceae de l’ordre des Urticales. On peut trouver 5 variétés en France et 11 en Europe. L’ortie la plus connue et la plus communément utilisée est la grande Ortie (Urtica dioïca). Elle tire son nom « Urtica »...

La Consoude (Symphitum officinalis)

Histoire : La consoude du genre « Symphitum » et de la famille des « Boraginaceae » est originaire de l’ouest de l’Europe et de l’Asie ou elle a été cultivée pour ses vertu thérapeutique. Le nom « consoude » est apparu aux 13èmes siècles, il vient du bas latin...

Le Trichoderma au jardin

Histoire : Les premiers écrits sur le Trichoderma viennent du mycologue et botaniste français d’origine sud-africaine Christiaan Hendrik Persoon qui donna son nom au champignon en 1794. Depuis beaucoup de recherches ont été faites sur le sujet démontrant ses...