Mildiou : quel traitement naturel ?

Guide

Le mildiou est l’une des maladies de culture les plus connues et répandues. Elle se développe très rapidement et peut détruire une culture si on n’intervient pas. Dès l’apparition de tâches noires très reconnaissables nous pouvons d’ores et déjà poser un diagnostic et agir le plus rapidement possible.

Sur cet article nous allons voir comment agir sur cette maladie de culture et prévenir son développement.

 

Pourquoi mildiou ?

Le mildiou est le mot francisé phonétiquement de « mildew » en anglais et qui veut dire « rosée de miel ». C’est un nom générique regroupant plusieurs maladies cryptogamiques faisant partie de la classe des Oomycètes. Cette division comprend entre 800 et 1000 espèces. Bien que ce soit plusieurs espèces de maladies différentes leurs développements vont se présenter de façon similaire, dans ce cas nous pouvons voir les 2 conditions qui lui sont favorables :

  1. Chaud : la température optimum de développement se situe entre 18°c et 22°c. Au delà de 26°c le champignon arrête sa croissance
  2. Humide : >60% d’hygrométrie

 

En préventif :

Le préventif est indispensable, il évite d’avoir la maladie et minimise les contagions en cas d’attaques. Plus de détail sur « Guide des traitements au jardin».

Choisir des variétés résistantes à la maladie permet une gestion plus simple sur le long terme. Il est possible avec de la patience et en refaisant ses graines sur plusieurs années d’améliorer grandement la résistance. Pascal Poot en parle très bien avec exemple à l’appui sur cette vidéo “Le potager en automne, cultures et astuces” résultat à 5 minutes 50.

Changer les cultures de place d’une année sur l’autre. Une rotation sur 4 ans permettra d’atténuer le nombre de spores sur les parcelles.

Comme vu plus haut cette maladie se développe en milieu chaud / humide. La première des choses est de ne pas serrer trop les plants et d’avoir un sens de circulation de l’air pour qu’il soit bien aéré. Cultiver les lignes dans le sens du vent. Il est possible de planter à 1 mètre en tout sens pour avoir une circulation du vent optimale.

L’humidité peut partir d’abord du sol. Un chercheur du nom de Pantaneli en 1921 a démontré que les conidies (spores) du mildiou s’installaient grâce à l’humidité qui les remontait jusqu’à la feuille. Sur la tomate, qui est très sensible par exemple, il est possible de mettre un mulch (couvert végétal) de 5 à 10 cm pour conserver l’eau et réguler l’humidité ambiante. Ce couvert permettra aussi de fertiliser par sa décomposition et d’éviter le désherbage.

Pour des végétaux comme la salade, le chou, … il est aussi possible d’appliquer la même méthode. Pour les petites parcelles de pommes de terre qui doivent être buttées il est possible de remplacer le buttage par du foin (ne pas utiliser la paille, elle laisse passer plus facilement la lumière, compte tenu de sa structure et fait verdir les pommes de terre).

Sous serre ou en extérieur, il est important de ne jamais humidifier les feuilles, sauf fines gouttes pour pulvériser (extrait fermentés, tisanes, bouillie bordelaise, …). Pendant l’arrosage, il est nécessaire de ne pas toucher les feuilles mais d’arroser toujours au pied.

Pulvériser ou arroser des extraits fermentés au pied pour favoriser le développement des végétaux et son système de défense. Pour une meilleure efficacité sur cette maladie, prendre un stimulateur de défense naturelle. Exemple : l’Extrait fermenté d’ortie ou l‘Extrait fermenté de laminaire seul ou en mélange. Le mélange étant plus efficace, jusqu’à -80% d’attaque de mildiou en moins avec l’extrait fermenté d’ortie et de laminaire en synergie. Pour plus de simplicité il est possible de faire ses mélanges comme les « 7  Merveilles du monde végétale», il comporte 3 stimulateurs de défenses naturelles (SDN) pour plus d’efficacité.

  • 10% = 1 litre de produit / 10 litres d’eau de pluie / 500 à 1000m² 2 à 3 fois par mois.

 

La « Décoction de prêle » est un préventif indispensable à pulvériser sur le feuillage en fines gouttes pour assécher la maladie. La Silice qu’elle contient permet de vitrifier les cellules et de rendre plus difficile la pénétration des maladies cryptogamiques. Pour une efficacité optimale du préventif, pulvériser dès le début du développement pour une meilleure assimilation de la silice. Une pulvérisation régulière, une fois par mois, permettra de stopper la maladie avant son développement.

  • 10% = 1 litre de produit / 10 litres d’eau de pluie / 500 à 1000m² / 1 à 2 fois par mois.

 

 

Pour plus d’efficacité :

Pulvériser sur le sol de culture la décoction de prêle 3 fois au mois de mars avec une 1 semaine d’intervalle pour stopper les champignons et les spores pathogènes. Vous apporterez aussi beaucoup de minéraux et oligo-éléments essentiels au bon développement des végétaux.

 

Quel traitement curatif sur le mildiou :

Dès que vous observez le champignon sur une plante il est impératif d’agir de deux façons :

  1. Dès l’apparition des premières tâches noires pulvériser en curatif une « décoction de prêle » sur l’ensemble du végétal. Celle-ci asséchera le champignon.
  2. Si les feuilles sont fortement attaquées, tailler les feuilles avec un sécateur qui sera nettoyé avec de l’alcool à 90° entre chaque coupe. Les résidus peuvent être détruits ou supprimés pour enlever le maximum de spores du champignon.

 

Début de mildiou sur tomate

Phytophtora Infestans

 

 

 

Mildiou sur pomme de terre

Phytophtora Infestans

 

Pulvériser sur l’ensemble du végétal en curatif une « décoction de prêle ».

Renouveler les pulvérisations dès l’apparition des pluies pour fortifier le végétal. Appliquer des extraits fermentés pour fortifier le végétal et améliorer le système de défense.

  • 10% = 1 litre de produit / 10 litres d’eau de pluie / 500 à 1000m² / 1 à 2 fois par mois.

 

Article sur la Décoction de prêle : recette, usage.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter.

Calendrier des traitements

> Tableau des traitements A télécharger au format pdf < Traitements essentiels par mois Le calendrier des traitements est le moyen le plus simple de pouvoir organiser son année dans la prévention des maladies et ravageurs. Il facilite nos besoin en anticipant...

Les Micro-organismes Bénéfiques

Origine : Au commencement de la vie sur terre les micro-organismes étaient les premiers êtres à se développer. Apparus, il y a 3.7 milliards d’années, en évoluant, ils ont profondément changé leur environnement, les roches, minerai et le climat. Sans eux, il n’y...

Macération huileuse d’ail

Histoire : L’ail est originaire des steppes de l’Asie centrale où ils poussent encore aujourd’hui naturellement. Il a été introduit par Godefroy de Bouillon, chef de la première croisade. Grâce à sa facilité de culture, aussi bien en climat chaud qu’en climat tempéré,...

Décoction de prêle : recette, usage

Histoire : La prêle est une des plantes les plus vieilles au monde. Son histoire remonte à la préhistoire. Plusieurs empreintes ont été retrouvées par des chercheurs montrant sa taille gigantesque pouvant atteindre 10 mètres. A l’époque les premières forêts sur Terre...

Guide des traitements au jardin

Guide des traitements au jardin biologique :   Avant tout, ce guide est une aide pour les particuliers qui souhaite faire de la prévention contre les maladies et ravageurs pour tous les végétaux du jardin, jardin d'ornement, potager ou verger. Démarré dès le...

L’Ortie – “fée” de la résistance

Les Orties, en taxonomie, font partie de la famille des Urticaceae de l’ordre des Urticales. On peut trouver 5 variétés en France et 11 en Europe. L’ortie la plus connue et la plus communément utilisée est la grande Ortie (Urtica dioïca). Elle tire son nom « Urtica »...

La Consoude (Symphitum officinalis)

Histoire : La consoude du genre « Symphitum » et de la famille des « Boraginaceae » est originaire de l’ouest de l’Europe et de l’Asie ou elle a été cultivée pour ses vertu thérapeutique. Le nom « consoude » est apparu aux 13èmes siècles, il vient du bas latin...

Le Trichoderma au jardin

Histoire : Les premiers écrits sur le Trichoderma viennent du mycologue et botaniste français d’origine sud-africaine Christiaan Hendrik Persoon qui donna son nom au champignon en 1794. Depuis beaucoup de recherches ont été faites sur le sujet démontrant ses...