L’Ortie – “fée” de la résistance

Guide, Propriété purin, Technique

Les Orties, en taxonomie, font partie de la famille des Urticaceae de l’ordre des Urticales. On peut trouver 5 variétés en France et 11 en Europe. L’ortie la plus connue et la plus communément utilisée est la grande Ortie (Urtica dioïca). Elle tire son nom « Urtica » du genre dont elle fait partie et de « dioïca » qui est le mode de reproduction des fleurs dites dioïques (qui signifie qu’on peut trouver la fleur femelle et la fleur mâle sur des pieds différents).

 

Histoire :

L’Ortie fût au cœur d’une polémique en 2006. La (L.O.A) Loi d’Orientation Agricole avais mis en interdiction l’usage, la transmission des savoirs et la vente des purins. Une loi portera son nom : « règlementation du purin d’ortie ». Cette loi interdisait au simple jardinier d’être indépendant de tout produit biostimulant et empêchait de nouvelles avancées sur une véritable agriculture naturelle. Face à ces interdictions l’ortie deviendra un emblème de résistance. Plusieurs collectifs se sont mobilisés pour lutter contre cette loi qui ne s’appuyait que sur le fait de n’avoir aucune homologation et que nous ne connaissions pas les risques à son usage tandis que bien des produits chimiques de synthèse sont autorisés sur le marché avec des cas recensés de cancer, malformation, … Face à cette loi les jardiniers amateurs et les associations se sont mobilisées et ont permis de changer cette loi en décembre de la même année.

Voir :

Loi : https://www.senat.fr/questions/base/2006/qSEQ061125507.html

L’Ortie fée de la résistance (documentaire) : https://www.youtube.com/watch?v=0bgaq2rOa2o

 

Usage au jardin :

Extrait Fermenté = Purin

Le purin d’ortie est connu au jardin pour son excellente stimulation du végétal. Il offre un apport en azote, en phosphore qui sont sous une forme organique et donc directement assimilable. Ils sont essentiels au bon développement de la croissance des végétaux. L’azote est un des éléments universels les plus importants. Il est l’un des constituants des protéines, des acides nucléiques, des hormones de croissances, des vitamines, etc.

Sa composition en Calcium, Magnésium, Fer, Bore, Zinc, Silice, Manganèse, Cuivre, Soufre en fait un apport important d’oligo-éléments, minéraux directement assimilables et font de cette plante un indispensable pour la fertilité des sols et pour lutter contre les carences des végétaux. Sa grande diversité éléments forte quantité permet de nourrir l’ensemble du végétal.

Sa richesse en différentes vitamines, caroténoïdes et anti-oxydant participent au bon développement du végétal.

Il attire de nombreux insectes (+ de 50 variétés) dont des auxiliaires au jardin qui lutteront contre différents ravageurs.

L’extrait fermenté d’ortie apporte une grande diversité de micro-organismes (Levures, bactéries lactiques, bacillus, …) qui synthétisent des nutriments et des molécules qui favorises le développement et la résistance aux maladies des végétaux.

Les apports importants de nutriment apportent de meilleure qualité gustative aux productions.

Le purin d’ortie est un SDN (Stimulateur de défense naturelle), son utilisation prévient maladies et attaques de ravageurs grâce à la Cadavérine qu’elle contient. Lorsqu’il y a une attaque de ravageurs on peut observer une augmentation de la quantité de Cadavérine qui va moduler la sénescence et le stress provoquant toute une panoplie de réactions de défense dans le métabolisme interne du végétal. Quand le purin d’ortie est appliqué, cette réaction en chaîne permet, entre autres, de prévenir jusqu’à 50% des attaques du mildiou. En synergie avec l’extrait fermenté de laminaire (Laminarine) ce mélange permet de prévenir 80% du mildiou.

Le trempage des graines dans un purin d’ortie pur pendant 30 minutes, puis enrobé à l’argile (du jardin ou Bentonite ou montmorillonite), permet d’améliorer le temps de germination des semis et favorise leur développement de croissance ainsi que le système racinaire dès les premiers jours de la germination.

 

Ne jamais utiliser un extrait fermenté d’ortie sur des maladies ou des ravageurs, celui-ci n’étant pas un curatif. Face aux attaques, nourrir le végétal ne fera que favoriser les maladies et ravageurs. Il est préférable d’utiliser un curatif de type macération huileuse d’ail, infusion, décoction ou l’extrait fermenté de Fougère qui est la seule à être curative dans les extraits fermentés. Voir la fiche des produits.

Une semaine plus tard après un curatif il est nécessaire de revenir avec un ou des extraits fermentés pour permettre aux végétaux de repartir.

 

Utilisation :

L’utilisation d’un pulvérisateur à dos permet de gagner du temps et d’appliquer les produits plus rapidement sur les cultures.

 

Usage seul :

Sol : 0,5L d’extrait fermenté d’ortie /10L d’eau de pluie / 1000m²

Foliaire : 1L d’extrait fermenté d’ortie /10L d’eau de pluie / 1000m²

 

Mélange conseillé :

L’extrait fermenté d’ortie est un excellent partenaire avec l’extrait fermenté de consoude et de luzerne. L’extrait fermenté d’Ortie contient beaucoup d’azote, de phosphore ce qui est un complément parfait avec l’extrait fermenté de Consoude qui contient beaucoup de potasse. L’extrait fermenté de Luzerne contient aussi beaucoup d’azote avec beaucoup d’oligo-éléments essentiels. L’association extrait fermenté de Consoude, Ortie, Luzerne forment un trio qui améliores la résistance, la résilience, puis fertilisent, restructures, régénères le sol et amène une grande diversité microbienne.

 

Pour la croissance des végétaux :

Usage sur sol et foliaire

Mélanger : 0.4L de l’extrait fermenté de consoude + 0.8L de l’extrait fermenté d’Ortie (le tout 1.2L) / 10L d’eau de pluie / 1000m²

Le mélange suit la logique de 1/3 amélioration de la structure du sol + 2/3 axe sur la stimulation à l’enracinement et la croissance (azote).

 

Pour la floraison, fructification et les tubercules des végétaux :

Usage sur sol et foliaire

Mélanger : 0.8L de l’extrait fermenté de Consoude + 0.4L de l’extrait fermenté d’Ortie (le tout 1.6L) / 10L d’eau de pluie / 1000m²

Le mélange suit la logique de : 2/3 amélioration de la structure du sol et fructification (potasse) + 1/3 axé sur l’enracinement et la croissance (azote).

 

Mélange universel :

Usage sur sol et foliaire

Mélanger : 0.6L de l’extrait fermenté de consoude + 0.6L de l’extrait fermenté d’ortie + 0.6L de l’extrait fermenté de luzerne (le tout 1.8L) / 10L d’eau de pluie / 1000m²

 

Pour en savoir plus :

20191212agribioardechelivretsoindesplantesvfbd.pdf (auvergnerhonealpes.bio)

Calendrier des traitements

> Tableau des traitements A télécharger au format pdf < Traitements essentiels par mois Le calendrier des traitements est le moyen le plus simple de pouvoir organiser son année dans la prévention des maladies et ravageurs. Il facilite nos besoin en anticipant...

Marc de café: utilisation au jardin. Ne faites pas ça !

Le marc de café au jardin Le café vient de l’arabe قهوة : qahwa, qui veut dire « boisson stimulante ». Avec 70% de buveurs quotidiens selon une étude de MaxiCoffe en 2021, le café est l'une des boissons les plus bues après l’eau en France ! Un habitant boit en moyenne...

Les Micro-organismes Bénéfiques

Origine : Au commencement de la vie sur terre les micro-organismes étaient les premiers êtres à se développer. Apparus, il y a 3.7 milliards d’années, en évoluant, ils ont profondément changé leur environnement, les roches, minerai et le climat. Sans eux, il n’y...

Macération huileuse d’ail

Histoire : L’ail est originaire des steppes de l’Asie centrale où ils poussent encore aujourd’hui naturellement. Il a été introduit par Godefroy de Bouillon, chef de la première croisade. Grâce à sa facilité de culture, aussi bien en climat chaud qu’en climat tempéré,...

Décoction de prêle : recette, usage

Histoire : La prêle est une des plantes les plus vieilles au monde. Son histoire remonte à la préhistoire. Plusieurs empreintes ont été retrouvées par des chercheurs montrant sa taille gigantesque pouvant atteindre 10 mètres. A l’époque les premières forêts sur Terre...

Mildiou : quel traitement naturel ?

Le mildiou est l’une des maladies de culture les plus connues et répandues. Elle se développe très rapidement et peut détruire une culture si on n’intervient pas. Dès l’apparition de tâches noires très reconnaissables nous pouvons d’ores et déjà poser un diagnostic et...

Guide des traitements au jardin

Guide des traitements au jardin biologique :   Avant tout, ce guide est une aide pour les particuliers qui souhaite faire de la prévention contre les maladies et ravageurs pour tous les végétaux du jardin, jardin d'ornement, potager ou verger. Démarré dès le...

La Consoude (Symphitum officinalis)

Histoire : La consoude du genre « Symphitum » et de la famille des « Boraginaceae » est originaire de l’ouest de l’Europe et de l’Asie ou elle a été cultivée pour ses vertu thérapeutique. Le nom « consoude » est apparu aux 13èmes siècles, il vient du bas latin...

Le Trichoderma au jardin

Histoire : Les premiers écrits sur le Trichoderma viennent du mycologue et botaniste français d’origine sud-africaine Christiaan Hendrik Persoon qui donna son nom au champignon en 1794. Depuis beaucoup de recherches ont été faites sur le sujet démontrant ses...